"Les Petites Chroniques" de Génissieux (Drôme des Collines).

17 janvier 2016

Empi et Riaume

Avec EMPI et RIAUME

Epson_17012016155840

Epson_17012016155954

 

Posté par pins59 à 17:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


15 août 2013

Génissieux en 1912

Issu de l' Annuaire Didot Bottin de la Drôme pour l' année 1912 , nous avons un descriptif complet de la vie au village et de son organisation (Administration - Commerces - Agricoles) 

DSCF8212

 DSCF8213


 

 

 

Posté par pins59 à 11:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 juin 2013

Article paru dans la Lucarne de Génissieux de Juin 2013

Il y a 40 Ans, Les 2 et 3 JUIN 1973, nous fêtions le CENTENAIRE de Génissieux.

Lors du précédent N° de « La Lucarne », nous évoquions l’histoire de la création de notre commune et effectivement la tentation fut grande de se poser la question du CENTENAIRE, avions nous fêté l’événement. ?  

La Réponse fut positive et en fouillant dans les archives de « L’Impartial » et du « Dauphiné » les dates choisies furent les Samedi / Dimanche 2 et 3 juin 1973.

Alors Mesdames Messieurs : demandez le programme des festivités :

  • Samedi  21 Heures : Retraite aux Flambeaux avec départ devant la Mairie accompagnée de la musique de Chatillon Saint Jean  (Flambeaux et Lampions à disposition) suivi d’un Bal gratuit sur le « Champs de Mars » avec l’orchestre de Teddy Max.
  • Dimanche 11 Heures : Réception Officielle à la Mairie avec la Musique de Peyrins dirigée par Mr Guillemot
  • Dimanche 14 Heures 30 : Départ de la 1ere Grand Prix Cycliste organisé par le comité des fêtes et le support du Vélo Club Romanais Péageois.  Arrivée prévu vers 17Heures.
  • Dimanche Après Midi : Nombreuses attractions et animations avec Buffet et Buvette.
  • Dimanche 21 Heures : Feu d’Artifice au stade Municipal et Bal gratuit avec Teddy Max.

Sur la place du village ou s’installait annuellement les bouilleurs de cru, on pouvait dire qu’a Génissieux  « Y s’passe jamais rien » ou presque parce que cette année 1973, on prépare  l’événement du siècle avec Mr BARBOYON le 11ième Maire entouré de son conseil et de quelques bonnes volontés notamment Mr Veilleux.  On dépoussière livres et registres pour le jour de la cérémonie officielle ou ils furent déposer  sur la longue table du conseil ainsi que le parchemin du centenaire paraphé par tous.

Lors du discours de Mr Le Maire qui retraça l’histoire de la commune ainsi que l’action de ses prédécesseurs, Mr Georges Fillioud (député et conseiller général) rappela l’importance primordiale de nos communes. A cette réception Mr Lucien Cotte Premier adjoint de Peyrins  (futur maire à partir du 6 juillet 1973) ne voulut voir dans cette fête qu’un désir plus grand de travailler en commun pour le mieux des administrés. De nombreuses personnalités participèrent à cette cérémonie dont Mr Pierre Didier (maire de Romans), l’Adjudant de gendarmerie Vierne, Mr Dayen percepteur de romans, le Speaker Clément  qui à la charge d’animer les festivités ainsi bien évidemment de nombreux maires du canton et de la population sans oublier  Melle Mathieu ancienne secrétaire de mairie et correspondante de presse.

Quant au Prix cycliste de 2e et 3e catégorie, ce fut une première pour l’occasion, on vit la victoire de l’Annécien  Costerousse et la participation d’une trentaine de membres de grands clubs régionaux.  Le circuit de 2,5 km avait été étudié par le VSRP, il englobait de nombreuses bosses sur des routes accidentées et passait par la rue principale du village ou une « Foule » nombreuse attendait sur le parcours. Les romanais Clément et Chaléat terminèrent respectivement 2e et 4e.      

 

Sur un article du vendredi 18 mai 1973 de Jean Louis Ruchon, Génissieux  et Mr Barboyon eurent une bonne place, je cite :

« Ce que nous voulons avant tout, explique le Maire, c’est préserver notre autonomie vis-à-vis de Romans ». Car c’est bien là, aujourd’hui le risque propre aux petites communes trop proches des grands centres urbains. Les cinq kilomètres séparant Génissieux de Romans semblent un fragile rempart contre la progression de la ville. Dans la réalité  quotidienne une constatation s’impose difficilement admise par les Génissois, il y a quelques années la cohabitation avec « ceux de la ville » devient chaque jour plus nette. Génissieux, cité dortoir de Romans ? Après tout pourquoi pas…. Si l’indépendance communale est sauve.

Il suffit de parcourir le village et ses alentours pour mieux se rendre à l’évidence. Les résidences principales ou secondaires ont poussé comme des champignons. Même si le phénomène n’atteint pas l’ampleur que l’on constate du coté de Mours la vocation résidentielle de la commune est malgré tout flagrante et … irréversible. L’agriculture  n’a cependant pas dit son dernier mot. Les cultivateurs sont encore nombreux nonobstant les départs de plus en plus fréquents des jeunes vers la ville, exode difficile à enrayer. L’arrivée des romanais venus « se mettre au vert » à Génissieux permet de stabiliser le chiffre de la population (695 habitants au recensement de 1968 sans doute un peu plus aujourd’hui). Le « Tout est de ne pas nous laisser déborder assure Mr Barboyon qui entend bien grâce au plan d’occupation de sols et autre plan d’urbanisme freiner ou mieux encore, empêcher toute forme de construction sauvage.

Etrangement contemporain comme discours……….

Sources : - Archives Départementales de la Drôme – Archives « l’Impartial » et « Le Dauphiné »  - Article en Pdf page 8

 

DSCF7890 a 

DSCF7861

DSCF7859

DSCF7864 A

 

Posté par pins59 à 20:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 avril 2013

Coupure d' Eau

Jeudi 15 Novembre 1973 , coupure du réseau des Eaux pour réparation - merci de prévoir !!!!!!!!!!

DSCF7875


 

Posté par pins59 à 22:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Fête de Laboureurs 1973

La Fete de LABOUREURS a eu lieu le Dimanche 18 Février 1973 avec le programme suivant :

  • 10 H Messe avec le concours de la chorale de Génissieux et la Fanfare de Chatillon Saint Jean
  • 11 H Dégustation de Bugnes et Vin blanc chez le Président Aimé DIDIER
  • 13 H Banquet au foyer des jeunes
  • 21 H Bal avec l' Orchestre PAGANONI
  • Programme du Lundi 19 Février 1973 vers 21 H , salade de Croupes au Restaurant des Chasses
  • Fete Foraine toute la journée 

DSCF7827_1DSCF7827__2


 

 

 

Posté par pins59 à 22:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Le Château de LUPPE et la Famille De Gillier

Le Château de LUPPE et la Famille De Gillier par Laurent Jacquot.

Article paru en Décembre 2001

DSCF7892


 ch_charignon_GM

Photo (site internet de Genissieux) 


 

Posté par pins59 à 21:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 février 2013

Article paru dans la Lucarne de Génissieux de Janvier 2013

Dimanche 31 Aout 1873 : Les Premières Elections à Génissieux.

La création de notre commune fut un long parcours remontant à l’année 1838 pour se concrétiser sous la IIIème République par une loi du 26 Juin 1873 formant la commune de Génissieux issue de la séparation de Peyrins et promulguée au journal Officiel du 2 Juillet  1873 sous la Présidence du Maréchal MAC MAHON.

Dès lors tout s’accélère, Le préfet par un courrier en date du 9 Aout 1873 demande à Mr le Maire de Peyrins  (Victor REBATET – 1er Adjoint faisant fonction de Maire)  d’organiser  les élections le Dimanche 31 Aout 1873.  Les élections se déroulent dans la salle de l’école des garçons de Génissieux.

Ce Dimanche, le bureau se met en place, quatre Scrutateurs (les deux plus âgées et jeunes sachant lire et écrire) : Messieurs  François Charles Messance – Pierre Mottin – Jean Pierre Crozel  – Frédéric Collet, le secrétaire est choisi, ce sera  Joseph Elbertin (Garde Champêtre). A l’issu de cette journée, les 205 inscrits sur la liste électorale doivent élire 12 Conseillers Municipaux sur les 17 candidats. On ferme le bureau et l’on passe au dépouillement 158 Votants et Exprimés. La majorité absolue se trouve fixée à 80 suffrages. 

Les Résultats du Vote :

Liste du Conseil Municipal – Election du 31 Aout 1873 :

-          BRICHET Victor – Propriétaire – 157 votes - Elu

-          BLAIN Valérien – Maréchal Ferrand – 146 votes - Elu

-          VILLARD Ferdinand – Propriétaire – 137 votes - Elu

-          ROBIN Aimé – Propriétaire – 134 votes - Elu

-          FAUCHIER Pierre – Propriétaire – 119 votes - Elu

-          CHARLES MESSANCE François – Propriétaire – 113 votes - Elu

-          GONTIER Victor – Propriétaire – 105 votes - Elu

-          BLACHE Victor – Charpentier – 104 votes - Elu

-          CHOSSON Hippolyte – Propriétaire – 99 votes - Elu

-          PERRIOLAT Maurice -  Propriétaire et Géomètre – 94 votes - Elu

-          VILLARD François – Propriétaire – 88 votes - Elu

-          MOTTIN Pierre – Propriétaire – 83 votes - Elu

-          VILLARD Albin – 87 votes – Non Elu

-          GENTHON Joseph - 77 Votes – Non elu

-          CHOSSON Aimé – 76 Votes – Non Elu

-          MONTEIL Francois – 62 Votes – Non Elu

-          MANUEL Emile  - 36 Votes – Non Elu

-           

Il faut attendre le 17 Septembre 1873 à 10 heures du matin pour procéder à l’installation officielle du nouveau conseil municipal et passer à l’élection du Maire et 1er Adjoint.  Lors de cette installation François Charles Messance et Hippolyte Chosson sont absents et excusés pour cause de maladie,  Victor Brichet est élu Maire avec 9 voix opposé à Maurice Perriolat (1 voix). Il faudra 2 tours de scrutins pour nommer le 1er Adjoint, au 1er tour se présente au suffrage 4 candidats (Mr Perriollat 5 voix /  Blain 3 voix / Motin 1 voix / Robin 1 voix), Valérien Blain est nommé Adjoint au second tour avec 7 voix face à Maurice Perriolat obtenant 3 voix.

Les registres d’Etat Civil de la commune sont ouverts officiellement  le 12 Septembre 1873 paraphé par le Président du Tribunal Civil de Valence. Pour l’année 1873, il y aura 4 naissances, 1 mariage et  4 décès.

La 1ere Naissance : Joseph Marius PIPET né le 19 Septembre 1873 à cinq heures du matin fils de Joseph Pipet Cultivateur au quartier « les blaches » 34 ans et de Rosalie BOORE sans profession 35 ans.  Le jour de la déclaration en mairie soit le 21 septembre à 8 heures du matin, les deux témoins sont  Joseph Elbertin (Garde Champêtre – 40 ans)  et Auguste Joud (Boulanger – 27 ans).

Le 1er Mariage : Célébré en Mairie le Mercredi 31 Décembre 1873 à 4 heures du soir, Le Maire Victor Brichet reçu le consentement de :

-          Elie Antoine Besset  - Boulanger à Bourg de Péage agé de 25 ans – né le 19 décembre 1848 à Charpey

-          Flavie Joséphine Marie Alletru – Couturière et domicilié à Génissieux  agé de 23 ans – né le 4 février 1850 à Peyrins

Les époux déclarent  qu’il a été fait un contrat de mariage déposé en l’étude notariale de Mr Bayle à Charpey, Les témoins  sont Joseph Elbertin (Garde Champêtre), Auguste Joud (Boulanger), Jean Auguste Deprelle (23 ans – Instituteur adjoint à Romans)  et Joseph Germain (40 ans – Cafetier à Génissieux)

L’histoire ne nous dit rien d’autres sur les circonstances de ce mariage, en effet il était tant car le registre des mariages pour 1873 aurait été « vide ».  Etait ce la volonté des époux, de la municipalité ??? Mystère……..

Le 1er Décès : Jean Eugène Longueville décédé le 10 octobre 1873 à cinq heures du soir, enfant de 15 mois, fils de Jean Baptiste Longueville 39 ans Cultivateur au Quartier Buffevent et d’Annette Desgranges.

Pour anecdote Peyrins a enregistré le dernier acte du hameau de Génissieux , le 2 Septembre 1873 pour les naissances (Louise Genthon) , le 1 septembre pour les mariages ( Jean Pierre Mourlan et Marie Lucienne Robin) , le 15 septembre pour les décès (Rosalie Aventure).

 

Sources : - Archives Départementales de la Drome – Registre Etat Civil et Elections -  Article en Pdf page 10 

 

Posté par pins59 à 20:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 décembre 2012

Collecte de légumes dans le canton de Romans

Le Comité cantonal de Libération (CCL) de Romans-sur-Isère lance une collecte de légumes dans les communes du canton.

Transcription du texte :

COMITÉ CANTONAL DE LIBÉRATION – Le Comité cantonal de Libération fera effectuer une tournée le Mercredi 31 janvier dans la journée, pour se mettre d’accord avec les Comités locaux de Libération, afin de déterminer les quantités de légumes qui pourront être collectées. Les présidents des Comités locaux voudront bien recenser approximativement les quantités disponibles dans leurs communes.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 

À insérer dans les communes suivantes : CRÉPOL – TRIORS – PARNANS – PEYRINS – GÉNISSIEUX – CLÉRIEUX – MOURS – MONTMIRAL

Comité cantonal de Libération - Le Comité cantonal de Libération délègue une commission chargée de déterminer, en collaboration avec le Comité local de Libération, les quantités de légumes qui pourront être fournies pour l’approvisionnement de la Ville de ROMANS.
Le Comité cantonal compte sur la bonne volonté et sur l’esprit d’entr’aide de tous les habitants de la commune, pour qu’ils apportent à cette collecte, toute l’attention qu’elle mérite.
Romans, le 29 janvier 1945
Manuscrit : Samedi matin 8 h

En bas, à gauche, le tampon du Comité cantonal (encre violette).

La deuxième partie du texte, sous la ligne de pointillés, est certainement destinées à l’affichage dans les communes.

612

Dans les mois qui suivent la Libération, l’économie, le commerce, le ravitaillement rencontrent d’énormes difficultés. Les ressources alimentaires ont été pillées par l’occupant. Les transports sont défaillants. Il faut compter une ou deux saisons de production pour améliorer sensiblement l’approvisionnement des habitants. Les cartes d’alimentation, notamment, subsistent au-delà de 1945, jusqu’en 1948 pour le pain, par exemple.

Romans-sur-Isère est une petite ville d’un peu plus de 20 000 habitants (21 317 au recensement de 1946) essentiellement industrielle autour de la filière cuir-chaussure. Même si quelques ouvriers cultivent un jardin (il y a quelques « jardins ouvriers »), la majeure partie de la population est tributaire du commerce pour son alimentation. D’autre part, nous sommes en hiver (fin janvier), saison où les jardins ne produisent pratiquement plus de légumes.

Le Comité cantonal de Libération veut entreprendre une collecte de légumes dans les communes rurales du canton, pensant que les agriculteurs possèdent encore quelques stocks de légumes entreposés dans les caves ou « baumes » tels que pommes de terre, carottes, topinambours, etc. Nous n’avons pas le résultat de la collecte. Il n’est pas dit dans la note sur quelles bases ces légumes seront payés.

Il est vraisemblable, d’autre part, que perdurent certaines pratiques du temps de guerre comme le troc ou le marché noir et que l’on ne se sépare pas de gaîté de cœur de denrées servant de monnaie d’échanges.

À noter que quelques communes rurales du canton ne sont pas énumérées dans la note : Geyssans, Saint-Bardoux, Châtillon-Saint-Jean, Saint-Paul-lès-Romans. On n’en connaît pas la raison.

Auteurs : Jean Sauvageon
Sources : Archives communales de Romans-sur-Isère, cote 156 S 1


 

 

Posté par pins59 à 18:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 octobre 2012

Réglementation de la Vitesse des Véhicules

Le 27 Aout 1933, la commune sur proposition du Service des Ponts et Chaussées prend un Arrété Municipal fixant la limitation de la vitesse dans la commune de Génissieux à 20 Km/h.

Le 28 Avril 1942, Pierre Charignon faisant office de Maire modifie le précédent arrété afin de fixer la vitesse dans le village à 40 Km/h.

En 1933, le préfet a approuvé l' arrété le 4 Septembre soit une semaine àprès la commune alors qu' en 1942 un délai de plus d' un mois est necessaire (le 1er juin) - période de guerre oblige.  

Il faut préciser que les deux Arrétés Municipaux interdisent la circulation sur la Bascule sauf en cas de pesée afin d' éviter toute détérioration de celle-ci.

DSCF6661

DSCF6666


 

Posté par pins59 à 21:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 septembre 2012

Conscrits de la Classe 1892

Paru dans la presse locale de Romans , le résultat du tirage au sort de la classe 1892 du Canton de Romans (Jeunes gens né en 1872 , agés de 20 Ans)

Concernant Génissieux :

  • LAMBERT Pierre (Cultivateur) Fils de Antoine (Epicier) et de Antoinette Martel dont il est le fils Cadet, habitant le Village
  • BLAIN Marius (Cultivateur) Fils de Augustine Perrier (Cultivatrice), habitant le Village 
  • GUIRAUD Louis Valentin Fils de Louis (Cultivateur)  et de Marie Develan , habitant quartier de La Plaine 
  • VERNIN Rémy Fils de Rémy (Cultivateur) et de Appolonie Palais, habitant quartier de La Plaine
  • VERNIN Joseph Ferdinand (Domestique chez Chosson Aimé - Cultivateur) Fils de Joseph et de Maria Cotey , habitant quartier de La Plaine

 

conscrits_1892

conscrits_1892_1

conscrits_1892_2


 

Posté par pins59 à 21:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 septembre 2012

Les Premières Automobiles - Mécanicien Pain

L' on peut trouver la trace des premières automobiles sur Génissieux en 1911 chez le Mécanicien Etienne PAIN spécialisé dans les ARMES - CYCLES et AUTOMOBILES. En effet le 8 Mai 1911 , il est propriétaire d' un vehicule de marque ROCHET-SCHNEIDER - modèle 18HP Série 2000 - 4 cylindres construite en 1905 ayant le N° 2068 de la Série. La marque est active de  1894 - 1951

Etienne Pain est né en 1884 à Bourg de Péage - marié le 3/09/1907 à Alixe Marie COSTE né à Génissieux le 24/09/1885 fille de Adrien Joseph et Joséphine COSTE.

Sur le recensement de 1911, ils ont une fille Adrienne Fernande Emilie né en 15/08/1908 à Génissieux et habitait Le VILLAGE chez Mr et Mme Adrien COSTE (Propriétaire Exploitant et Cafetier). Né aussi le 5/05/1911 Charles Joseph Emile Pain.

DSCF6087

DSCF6073


 

Posté par pins59 à 18:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Création de la Chorale et de la Fanfare de Génissieux

Le 28 Septembre 1879 a été dressé le le Procès verbal de création de la "SOCIETE CHORALE ET FANFARE DE GENISSIEUX", approuvé par la mairie le 23 Octobre 1879 et par la Préfecture de Valence le 23 Octobre 1879.

Ci dessous : le Réglement de la Société avec la Liste des Membres : 

membres_1

membres_2

','hspace':null,'vspace':null,'align':null,'bgcolor':null}">


 

Posté par pins59 à 15:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Subvention aux Inondés du Midi

Le conseil municipal en réunion extraordinaire en date du 4 Juillet 1875 vote une subvention de 100 francs aux "Inondés du Midi" , le Préfet de la drome par une circulaire du 27 juin 1875 en faisant la demande sur le département.

 DSCF6719

DSCF6720

L’inondation de 1875 à Toulouse

Depuis la mi-juin, le vent d’Ouest apporte plusieurs jours de pluies torrentielles et provoque la fonte des neiges sur les Pyrénées.

Le 22 juin, les eaux de la Garonne sont à 3 mètres au-dessus de l’étiage. Le lendemain, les militaires sont chargés d’édifier des digues de terre, qui ne résistent pas. La crue ne cesse d’augmenter et la force du courant devient trop importante.

Le record de la montée des eaux datait de 1772 et atteignait 8 m 50. Le 23 juin 1875, les eaux de la Garonne atteignent 9 m 47, la rive gauche de Toulouse est détruite.

Les eaux s’engouffrent et les désastres matériels sont considérables. Les eaux emportent tout sur leur passage : d’énormes troncs d’arbres, des chevaux morts, du mobilier, des machines… et des cadavres. Partout c’est la même désolation : les maisons et usines sont saccagées.

Les dégâts sont plus importants encore à Saint-Cyprien, quartier populaire où l’habitat particulièrement fragile ne peut résister à la force du courant.

Les tentatives de sauvetage échouent presque toutes. Des gens espèrent trouver refuge sur les toits de maisons qui menacent de s’écrouler et attendent d’être sauvés.

Malgré le dévouement des militaires, le nombre de victimes reste élevé. Il est fait état de 208 morts et de 1 219 maisons détruites à Toulouse.

Un élan de générosité

Un élan de générosité et de solidarité régional, national et international vient en aide aux sinistrés.

Les établissements publics sont réquisitionnés ; élus et personnalités font savoir qu’ils mettent à leur profit nourriture et logement.

La Dépêche vend des plans de Toulouse et des zones inondées 75 centimes pièce, ainsi qu’un recueil de témoignages et de faits sur Les inondations de 1875 dans le Sud-Ouest. Toulouse, Castelsarrasin, Moissac, Agen, vendu un franc pièce.

Le 26 juin, le maréchal de Mac Mahon se rend à Toulouse avec plusieurs ministres. Cette visite témoigne de l’importance du fléau que vient de vivre Toulouse et la région.


 

Posté par pins59 à 14:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Réfugiés de 1940 présents à Génissieux

Liste de 85 Réfugiés de 1940 à Génissieux : 

A la lecture de ce document issu des Archives Départementales de Valence, beaucoup de réfugiés de l' est de la France.

 

Posté par pins59 à 12:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 août 2012

Création d' un marché de Primeurs

En MARS 1938, la commune demande l' autorisation de créer un marché de primeurs du 15/04 au 10/07 sur la place publique du village. Le Préfet à Valence valide la demande le 17 Mars 1938. A noter que le maire de Triors ne fait pas obstacle à la création du Marché. 

Reste à déterminer les Jours et Heures du marché , lors d' un conseil municipal est décidé l' ouverture le Mardi / Jeudi / Samedi de 15 Heures à16 Heures.

DSCF6684


 

Posté par pins59 à 21:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Match de Football en 1921

  • Match Gagné : A.S Génissieux = 2 / St Nazaire en Royans = 1

DSCF6433

DSCF6435_1


 

Posté par pins59 à 18:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

VOGUE de 1932

  • Article paru dans l' Impartial du Jeudi 21 Juillet 1932 pour la Fête du Dimanche 7 Aout 1932 

DSCF6979


 

Posté par pins59 à 18:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Bal en 1933

  • Article paru dans l' IMPARTIAL du Jeudi 23 JUIN 1932 pour BAL des CONSCRITS de la Classe 1933 ayant lieu le Dimanche 3 Juillet 1932

DSCF6977


 

Posté par pins59 à 18:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Nouveau Conseil Municipal Provisoire

  • Issu d' un Décret Préfectoral en date du 10 Novembre1944 , Le 19 Novembre à 15H est nommé la "COMMISSION MUNICIPALE PROVISOIRE" en remplacement de l' ancien conseil municipal, Les nouvelles élections auront lieu plus tard en MAI 1945. Mr Simon CHOPIN sera nommé puis Maire en Mai 1945

DSCF6904

DSCF6905

DSCF6906

DSCF6990

DSCF6991

ci dessous : le Message au Général DE GAULLE.

DSCF6699


 

Posté par pins59 à 18:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Article Paru en 1944

 

DSCF6984

DSCF6985


DSCF6986

DSCF6987


DSCF6988

DSCF6989


DSCF6990

DSCF6991


DSCF6993

DSCF6994


DSCF6995

DSCF6996


DSCF6997

DSCF6998


 

Posté par pins59 à 18:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]